Scharfschützen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Scharfschützen

Message  sid le Sam 29 Sep - 0:37

Salut, voilà le fruit de ma petite recherche sur les "tireur d'élite" Allemand de la WH

présentation d'une très bonne vidéo sur l'entrainement des "tireur d'élite"


petit texte avec des récit et surtout le règlement des "tireur d'élite"
Les snipers allemands en Normandie.
Après le débarquement en Normandie, plusieurs mois de combats sanglants ont eu lieu avant la retraite désordonnée allemande, et si plusieurs branches de l’armée allemande se sont distinguées durant cette période, les snipers allemands méritent bien un article à eux seuls.

Le rôle des snipers était bien sûr d’éliminer le personnel « important » ennemi tel que les officiers et sous officiers, les observateurs de l’artillerie, les radios etc… mais également de servir d’avant poste d’observation en collectant les informations presque au cœur du dispositif ennemi. Un autre aspect de leur rôle et au combien important était l’effet démoralisateur de ceux-ci sur les forces adverses. Certains rapports mentionnaient que 50% des dommages subits par certains bataillons d’infanterie alliés étaient causés par les snipers allemands. Le fanatisme dont faisaient preuve ces snipers et la précision de leurs tirs contribuèrent à forger cette peur chez les alliés qui les redoutaient plus que n’importe quelle branche de la Wehrmacht.

Le 7 juin à 17h00, le Royal Ulster Rifles reçu l’ordre de prendre position à Cambes un petit village à 10 kilomètres des plages. Vu la foret dense et le mur de pierre qui entouraient la localité, il n’était pas aisé d’observer les positions ennemies à l’intérieure de celle-ci mais tout indiquait que cette position ne devait être que faiblement défendue. La compagnie D sous les ordres du capitaine Aldworth aidée par une unité blindée tentèrent de s’emparée du village mais une fois aux abords de celui-ci, ils rencontrèrent un feu ennemi nourrit venant de mortiers et de tirs de snipers. Devant cette résistance inattendue, la compagnie se divisa en deux parties pour mener l’attaque en deux endroits distincts, mais elles se heurtèrent toutes deux à des tirs de mitrailleuses qui paralysèrent totalement l’avancée alliée. Tout infirmier qui tentait d’approcher les blessés était aussitôt abattu par les snipers allemands. Les blindés quant à eux ne pouvaient soutenir l’avance de l’infanterie car le mur d’enceinte du village empêchait toutes manœuvres. Le capitaine Aldworth fut mortellement touché par un sniper et portait à 14 le nombres de tués coté allié, l’officier qui devait le remplacer reçu lui aussi une balle aussitôt après et décision fût prise d’abandonner la mission. Ce n’est qu’après un intense bombardement de l’artillerie que le village pourra être enlevé aux forces allemandes.

Au matin du 9 juin, des éléments avancés d’un bataillon d’infanterie s’approchèrent des environs de Caen, le lieutenant Burges sécurisa le village de St-Julien au nord ouest de Caen et se dirigea vers la ville elle-même. Mais si jusque là la résistance allemande n’avait pas vraiment montré de férocité au combat, un tir bien ajusté atteignit le lieutenant Burges à la tête, et deux sous-officiers de la patrouille allaient être mortellement touchés forçant la patrouille à battre en retraite.

Beaucoup de snipers allemands provenaient de la Hitlerjugend où ils avaient reçu un entrainement spécifique aux tireurs d’élite, déjà avant la guerre la Hitlerjugend s’entrainait à cette discipline avec des armes de petits calibre. Regroupés en panzer division durant la guerre, les jeunes de la Hitlerjugend encadrés par des officiers de la Leibstandarte SS Adolf Hitler allaient connaitre à Caen leur baptême du feu.

La ville de Caen était un terrain idéal pour les snipers allemands, qui, en relation avec l’artillerie, rendaient la prise de la ville extrêmement délicate. Les Britanniques et les Canadiens payaient chèrement chaque mètre de terrain pris à l’adversaire. C’est à Caen que le célèbre Gefreiter Kurt Spengler allait se distinguer. Il abattit un nombre important d’officiers et de sous-officiers bien dissimulé au milieu d’un énorme champs de mines, il sera finalement tué sous un feu intense de l’artillerie alliée destiné à l’en déloger.

Le 26 juin, le Pionier Pelzmann de la 12SS était positionné sous un petit arbre derrière une plaque blindée provenant d’un Panzer IV recouverte de branchage le rendant invisible et à l’abri des tirs ennemis. Après avoir abattu un grand nombre de soldats alliés, il tomba à cours de munitions et sorti de son abri, il brisa son arme et sa lunette contre l’arbre avant de crier en direction des soldats britanniques : « Voilà je n’ai plus de munitions pour tous vous abattre, vous pouvez me tuer maintenant ». Un grand anglais aux cheveux roux s’approcha alors de Pelzmann, l’agrippa par le bras et posa son revolver contre la tête du sniper avant de tirer. Pelzmann tomba lourdement sur le sol. L’Oberschärfuhrer Ernest Berhens qui assista à la scène parmis un groupe de prisonnier allemand rapporta qu’il compta pas moins de 30 soldats britanniques morts devant la position de Pelzmann.

Un soldat anglais qui avant et après la guerre était un boxer professionnel, Percy Lewis confia qu’il assista à une exécution sommaire d’un sniper allemand par un soldat dont son frère avait été abattu par un sniper la veille. Le traitement sévère qui était réservé aux snipers allemands sur le front de l’ouest résultait de la terreur qu’ils infligeaient du côté allié.

Cette mauvaise rencontre avec les snipers allemands allait aller en grandissant plus durait le conflit et bientôt de nouvelles techniques pour éviter les tirs de snipers allaient voir le jour. Ainsi, il était maintenant ordonné aux patrouilles de se déplacer accroupi voir en rampant lorsqu’ils étaient à découvert, les grades allaient être enlevés de l’uniforme, le salut aux supérieurs était maintenant proscrit en patrouille et on ne mentionnait plus le grade de son interlocuteur. La peur des snipers était telle que certaines rumeurs ou légendes allaient voir le jour, l’une d’elle prétendait notamment que des femmes françaises collaborant au régime nazi, se seraient glissées derrière les lignes alliées afin d’abattre ceux-ci dans leur dos.

Le bocage normand était le meilleur terrain possible pour les snipers, la végétation est telle que ceux-ci pouvaient changer de place après chaque tir sans révéler sa position, de plus il n’y avait parfois qu’une centaine de mètres entre deux haies ce qui laissait toutes ces chances à un sniper peu expérimenté. En règle générale, les tirs de snipers étaient distants de 300 à 400 mètres mais certains snipers parvenaient à atteindre leur cible à 800 mètres, on comprend aisément le sentiment de malaise qui pouvait courir parmi l’infanterie alliée. Certains snipers se laissaient volontairement dépassés par l’avance alliée afin d’harasser celles-ci sur leurs arrières. Le sort d’un sniper allemand à cours de munitions dans le camps allié n’était cependant pas enviable et se terminait souvent par la mort de ce dernier.

Un correspondant de guerre américain Ernie Pyle rapporta : « il y avait des snipers partout ! ils étaient dans les arbres, dans les buildings, dans les champs et les carcasses de chars détruits, mais ils étaient surtout dans les hautes haies du bocage qui bordaient tous les terrains et les chemins normands ».

Un sniper allemand capturé, fut interrogé afin de découvrir comment ils arrivaient toujours à tirer sur les officiers britanniques alors que ceux-ci portaient maintenant des uniformes sans grades ni marques spéciales. Le sniper répondit qu’il visait simplement celui de la patrouille qui portait une moustache. En effet, il était courant de voir les officiers britanniques parés d’une moustache, ce qui fut aussitôt interdit par une directive du haut commandement.

Une autre erreur commise par les patrouilles alliées au début de la campagne de Normandie était de se mettre à terre lorsqu’un sniper était entendu, les recrues ne voulaient plus bouger car passer de haies en haies coûtait la vie d’un soldat presque à chaque fois, cependant le fait de se mettre à terre et ne plus bouger, coûtait la vie de tous les soldats un après l’autre, rendant le tir encore plus facile vu l’immobilité de la cible.

Courant 1944, les snipers vont recevoir une série de consignes et de matériel leur permettant d’accroître leur efficacité, notamment la réception de nouvelles armes spécialement étudiées pour le tir de haute précision et des tenues camouflées beaucoup plus efficace. Himmler lui-même va beaucoup contribuer à l’équipement et la formation des snipers dont le nombre va aller grandissant avec la création des nouvelles grenadiers et volksgrenadiers divisions.

Les statistiques du conflit révélèrent que 25.000 balles étaient tirer pour une qui touchait sa cible, chez les snipers, la moyenne était de 3 balles tirées pour une victime, on comprend mieux pourquoi les alliés étaient si apeurés par les snipers allemands.

Les dix règles du sniper allemand instaurées en 1944 :

1- Combattez fanatiquement.
2- Tirez détendus, les tirs rapides n’aboutissent nul part, prenez le temps de viser.
3- Votre pire ennemi est le sniper ennemi, éliminez le avant qu’il ne le fasse.
4- Ne tirez qu’une cartouche de votre position si vous ne voulez pas être découvert.
5- Utilisez un rempart prolonge votre vie.
6- Entraînez-vous à l’estimation des distances
7- Devenez un maître du camouflage et utilisez les artifices du terrain à bon usage.
8- Entraînez-vous toujours au tir, sur le front ou en arrière.
9- Ne laissez jamais votre arme tomber aux mains de l’ennemi.
10- La survie c’est 9/10 du temps en camouflage pour 1/10 de tir.

pour imager un peut voici deux photos d'époque de sniper sur le terrain (en France et très probablement) les photos de sniper sont rare. Il es donc dur de savoir comment sont les tenues et configuration, mais on peut voir sur une des deux photos que la configuration était "libre".





p.s : je suis toujours à la recherche de photo d'époque de sniper sur le front de France et surtout Normandie si jamais vous en avez merci de les poster Smile

je posterai à la suite (car elle doit encore être modifier donc je pense d'ici 1-2 mois le temps d'avoir le budget pour finioler le tout) ma tenue de reconstit en 2 versions :
version combat classique
version embuscade

je posterai aussi à la suite mon équipement et brelage de combat et le pourquoi j'ai ceci sur moi, en me basant sur une configuration qui me convient dans les déplacements et qui reste il me semble crédible pour l'époque, sachant que j'ai fait ma tenue d'une manière utilisable réellement en reconstit et avoir un minimum d'autonomie avec ma tenue sur le dos sans avoir besoin d'avoir tout dans ma tente.

donc les copains en attendant la suite déjà bon visionnage et bonne lecture Smile


Dernière édition par sid le Mer 3 Oct - 0:25, édité 1 fois
avatar
sid

Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scharfschützen

Message  sid le Mar 2 Oct - 11:19

Le "brelage" :

Voici donc mon équipement dit aussi "brelage" configuration dit "terrain" et non casernement.



Configuration :
  • Ceinturon cuir avec boucle de la heer
  • Brelage lourd
  • Cartouchière pour 98K (x2)
  • Couteau de tranché (souvenir du grand père combatant de 1914-1918)
  • Holster pour Luger p.08
  • Sac à pain
  • Gourde avec quart
  • Zeltbhan avec sangle de décrochage rapide
  • Morceau de bois en forme de fourche tailler pour avoir plus de stabilité pour le Mauser en position statique


Sac à pain :

configuration utilisable en reconstit pour une meilleur autonomie. sur la photo il manque les allumettes (car paquet moderne de ration RCIR pas très jolie) et aussi de la nourriture



Contenue du sac à pain :
  • Chiffon avec mon kit de nettoyage rg34
  • Mouchoir avec une bougie
  • Gant en laine
  • Tour de coups
  • Beurrier
  • Couvert
  • Réchaud avec recharge


par la suite je vais rajouter le "trapez dorsal" qui lui contiendra ma trousse de toilette et des effets supplémentaire comme sous vêtement nourriture en plus, gamelle etc... (pour le moment je les pas encore)
avatar
sid

Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scharfschützen

Message  Faust Fritz le Jeu 18 Oct - 21:50

Chouette article sur les snipers Smile
avatar
Faust Fritz
Grade: Pionier

Date d'inscription : 19/07/2012
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scharfschützen

Message  Bert Anderson le Ven 19 Oct - 9:09

oui il bosse bien le kamerad ^^
avatar
Bert Anderson
Grade: Stabsfeldwebel
Grade: Stabsfeldwebel

Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 32
Localisation : ferriere la grande

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scharfschützen

Message  sid le Ven 19 Oct - 17:53

merci Wink j'ai pas fini la tenue snipers donc je peut pas encore la faire ne photo mytho :p
avatar
sid

Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scharfschützen

Message  sid le Mer 31 Oct - 22:31

Sniper WH en Normandie encercler derrière les lignes ennemies



en position de tir


l'utilisation de toile de jute étant pas réglementaire et aucune de photo montre l'utilisation de ceci sur le terrain mais si on suis la vidéo de training il dise que le camouflage de la tenue et de l'arme étant important. d'ailleurs on remarque que les sniper utilise souvent la végétation pour camoufler leur arme en position statique, mais leur propre règlement interne le prouve également. de plus je suppose que les snipers qui se laisser encerclé pour frapper derrière les lignes ennemies devait être bien camoufler.

je suis actuellement en poncho, mais bientôt je vais prendre la blouse flou avec capuche qui était fournie massivement pour les snipers, j'aime mieux le poncho pour le coter cassage de forme mais j'ai fait plusieurs teste et il s avère que le poncho me gène bien trop pour ramper en reculant...
avatar
sid

Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scharfschützen

Message  sid le Mar 13 Nov - 14:27

suite du sujet sur les snipers avec des config terrain sur des photos d’époque

le 1er en position statique avec un morceau de toile cam éclat (il me semble) couper aux niveau des yeux, on remarque le filet moustiquaire mis sur le casque pratique courante chez les snipers


celui la on peut voir l'utilisation d'un sac de jute qui camoufle la nuque


sniper avec une blouse flou qui fait un petit décrassage (photo d'origine en noir et blanc retoucher sur photoshop mais pas par moi Wink)


en position de tir camoufler un peut à la russe
avatar
sid

Date d'inscription : 24/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scharfschützen

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum